LÉGISLATURE DU NEBRASKA

42-353.

Plainte; contenu.

Les plaidoiries requises par les articles 42-347 à 42-381 sont régies par les règles de plaidoirie en actions civiles promulguées en vertu de l’article 25-801.01. La plainte comprend les éléments suivants:

(1) Le nom et l’adresse du demandeur et de son avocat, sauf qu’un demandeur qui vit dans un lieu non divulgué pour des raisons de sécurité est seulement tenu de divulguer le comté et l’état de sa résidence et, dans ce cas, doit fournir une adresse alternative pour l’envoi de l’avis;

(2) Le nom et l’adresse, s’ils sont connus, du défendeur;

(3) La date et le lieu du mariage;

(4) Le nom et l’année de naissance de chaque enfant dont la garde ou le bien-être de l’enfant peuvent être affectés par la procédure et si : a) un plan de parentalité tel que prévu dans la Loi sur la parentalité a été élaboré et b) la garde de l’enfant, le temps parental, les visites ou tout autre droit de visite ou pension alimentaire pour enfants sont une décision contestée;

(5) Si le demandeur est partie à toute autre action en instance pour le divorce, la séparation ou la dissolution du mariage, une déclaration indiquant où cette action est en instance;

(6) Référence à toute ordonnance de non-communication, ordonnance de protection ou ordonnance de non-communication pénale existante concernant une partie à la procédure;

(7) Une déclaration de la réparation demandée par le demandeur, y compris l’ajustement des droits de garde, de propriété et de pension alimentaire; et

(8) Une allégation selon laquelle le mariage est irrémédiablement rompu si la plainte vise la dissolution du mariage ou une allégation selon laquelle les deux personnes qui ont été légalement mariées vivent par la suite séparées et séparées si la plainte vise une séparation légale.

Références croisées

  • Plainte, indiquez si elle doit être entendue par un tribunal de comté ou de district, voir la section 25-2740.
  • Loi sur la parentalité, voir l’article 43-2920.

Annotations

  • La simple pendance d’une autre action n’exige pas nécessairement ipso facto qu’un demurrer soit maintenu et que la deuxième action soit rejetée. Miller c. Miller, 213 Neb. 219, 328 N.O.2d 210 (1982).

  • Lorsqu’une demande de dissolution du mariage est déposée au nom de jeune fille d’une femme qui n’a jamais adopté le nom de famille de son mari et que les parties ont par ailleurs droit à un décret de dissolution, le tribunal de première instance a commis une erreur en refusant d’inscrire le décret au nom de jeune fille de l’épouse. Simmons c. O’Brien, 201 Neb. 778, 272 N.O.2d 273 (1978).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.